édité par le Professeur Walter Salin


Compte tenu de l’intérêt né pour connaître et interpréter les signes des temps par de nombreuses personnes soucieuses de ce qui se passe dans le monde, Debora a bien voulu réaliser un entretien avec un contenu véritablement prophétique, utile pour susciter chez les gens une plus grande capacité de réflexion et de préparation pour l’avenir.

Malgré les obstacles imposés, Debora juge nécessaire de publier l’entretien ci-joint pour le bien des âmes.

W. Depuis 1992, la Vierge vous apparaît avec le titre de Vierge de l’Eucharistie, un événement singulier et prophétique à la lumière des temps que nous vivons. Que pouvez-vous témoigner à ce sujet?

D. Oui, je voudrais répondre brièvement, même si je ne pense pas en être capable. En effet, lorsque le Seigneur envoie la Madone pour nous apporter un Message et nous parler avec son Cœur maternel, c’est toujours pour nous révéler une vérité. Dans les siècles passés, chaque intervention de la Mère de Dieu a toujours eu lieu en fonction des problèmes temporels qui, confluant dans les problèmes spirituels, constituaient un unicum par rapport au projet divin. Il est clair que le Seigneur envoie la Corédemptrice qui, avec cette glorieuse appellation, nous donne une précise clé de lecture: “Je suis la Vierge de l’Eucharistie”. Vierge, parce que c’est la Mère de toutes les consécrations et de l’Eucharistie en vertu du fait que la réalisation du plan salvifique s’inscrit dans cette réalité, certes dogmatique et que nous, par la foi, nous acceptons. C’est en vertu de l’adoration que le peuple offre au Saint-Sacrement que nous serons tous pesés sur la balance du Père éternel. Ayant porté ce très saint Pain dans son sein avant même qu’il ne soit transsubstantié, apparaît alors évident comment la Vierge Mère célébrait ce Dieu vivant et vrai et il est évident qu’il vient à nous pour nous dire: “chers enfants, si vous vous sentez perdus, c’est parce que vous vous êtes égarés de votre Source”. Tant que nous ne reviendrons pas au Christ, que nous ne nous agenouillerons pas en le reconnaissant comme notre Seigneur agissant dans les familles, dans les réalités temporelles où il prend vraiment soin de nous si nous nous confions à lui avec amour, nous ne trouverons ni la paix ni la santé. Cette perte progressive de la foi va produire un incroyable bouleversement dans le peuple. Dieu a rêvé que nous voulions aller vers lui: “Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et opprimés” et où pouvons-nous aller pour chercher notre épanouissement si ce n’est auprès du Christ lui-même? Qui peut nous donner les réponses? Avoir évincé l’Amour eucharistique du trône, l’avoir défenestré, l’avoir mis de côté équivaut, comme s’il s’agissait d’une équation mathématique, à le mettre hors de notre vie, avec des conséquences inimaginables qui sont sous nos yeux. Sans Jésus Eucharistie, notre foi devient pauvre et nous n’avons plus la force de produire la beauté, la richesse, la sainteté. Cela est également vrai au sein de l’Eglise et des vocations, au sein de tout genre charismatique, hiérarchique, prophétique, partout, en tout. Avoir mis Jésus hors de nos réalités terrestres, c’est comme dire: “Tu es assis au ciel et nous restons de l’autre côté, parce que nous sommes les tenants de notre vie” et cela ne peut être que stupide!

Nous trouvons une pleine réalisation si nous nous comportons selon la volonté de Dieu, mais dès que nous affirmons une individualité qui exclut ses projets, même les “pierres milliaires” tombent, même le Sanctuaire s’effondre, tout s’effondre! Même la civilisation que nous avons produite, pauvre d’essence d’humanité s’effondre, là où il n’y a plus de dignité, de valeur, de sens de la Patrie. Jésus Eucharistie nous ramène à ce rêve de Dieu lorsqu’il regardait le Père céleste de ses yeux humains, alors qu’il vivait sa vie terrestre. Par conséquent, nous qui sommes en chemin sur la terre, nous ne pouvons rien faire d’autre que d’être des serviteurs de l’Eucharistie, enfants de l’Eucharistie, amis de l’Eucharistie. Sans Jésus dans l’Eucharistie, nous sommes comme autant de molécules devenues folles dans un fluide liquide qui va se disperser.

W. En 2022 ce sera le 30e anniversaire de la première apparition de Marie, Vierge de l’Eucharistie en Manduria, cette date a-t-elle une signification eschatologique par rapport à l’avenir du monde? Et par rapport à l’échiquier géopolitique actuel, que vous a fait comprendre la Vierge Marie?

D. Oui, en 2022, cela fera 30 ans depuis le début des premières apparitions, je ne sais pas combien cela jouera dans l’avenir, mais en vérité, la Vierge nous a promis un temps de paix restauré. Evidemment, comme c’est déjà arrivé, quelqu’un est venu me voir et m’a demandé: “et bien, les choses que Notre Dame a dites pendant ce long temps, les verrons-nous se réaliser?” Et j’ai répondu: “bien sûr, nous les verrons réalisées et nos enfants les verront surtout dans un contexte historique très, très particulier”. J’appelle cela une période sauvage, parce que l’homme, ayant perdu le sens de la vie spirituelle et surnaturelle, ayant perdu la foi, — puisqu’il est écrit: “vous ne trouverez plus la foi sur terre si ce n’est dans quelques cœurs”, — les créatures devront s’affronter à tous les niveaux et, dans cette parenthèse, les paroles déjà dites par Notre Dame seront vérifiées. Nous savons qu’il n’y a pas de changement, pas de révolution qui ne soit dans la douleur, dans la pénitence, dans le sacrifice et dans le sang.”

Cependant, nous ne devons pas craindre tout cela, car si nous nous préparons bien, nous pourrons affronter les épreuves avec dignité. Ces épreuves seront là, elles auront lieu au cours de notre vie; j’ai déjà eu l’occasion de dire par le passé que nous (les voyants) les annoncerons à temps. Certainement d’une manière différente, parce qu’il y a d’autres lieux avec un calendrier de successions différentes (en parlant de secrets par exemple). Ceci ne signifie pas qu’à Manduria les mêmes choses se passeront qu’à Medjugorje ou à Garabandal, sinon les globales. Il y aura différentes situations consécutives, mais à la fin les événements serviront uniquement comme une grande préparation, car le monde, se trouvant à la croisée des chemins, devra faire un choix, s’ouvrir au Christ ou servir l’Antéchrist, en suivant le Nouvel Ordre Mondial qui veut imposer certaines règles et des idéologies trompeuses. Il est donc clair que 30 ans sont une période importante pour laquelle chacun devra choisir, rappelé à la fois par des événements grandioses mais aussi par des signes malheureux. C’est écrit, mais nous le voyons comme “la terre viendra au secours de la Femme qui est dans le désert” (Ap.12,16), donc des glissements de terrain, des tremblements de terre, des situations terribles dont nous serons de plus en plus témoins, précisément parce que tout cela nous parlera de Dieu. La terre nous parlera de Dieu. La fonte des glaciers, l’axe de la terre qui a subi un déplacement important, les nouveaux phénomènes volcaniques, les zones terrestres qui émergeront et d’autres qui iront sous l’eau, nous parleront de Dieu. Tout ce qui a été une conséquence de la bestialité humaine jusqu’à l’exploitation totale de territoires avec la mort de nombreuses créatures, nous parlera de Dieu. La crise nous parlera de Dieu, parce que nous retournerons à nouveau au charbon alors que nous avons asséché tout le pétrole. Nous allons donc voir des choses terribles et choquantes, alors que de nouvelles catastrophes nucléaires se produiront lorsque les conflits entre Etats deviendront apparents. Ne pensez pas qu’ils sont loin: Prague, Prague, Prague sera un nouveau Tchernobyl! Même les phénomènes de variations de températures, nous montrent déjà la souffrance de cette terre mère qu’il ne faut jamais voir détachée du langage spirituel, sinon nous serions des idolâtres, puisque penser la terre comme si elle avait son propre esprit, nous conduirait à un écologisme stérile et idolâtre, même saint François n’a pas prêché ça. Il est nécessaire de regarder la souffrance de la nature, telle que nous l’exploitons en provoquant la subversion de cet équilibre normal dont elle a besoin pour survivre et nous donner ce dont nous avons besoin. Donc tout ce que nous faisons de mal à la terre se retournera inévitablement contre nous, comme par exemple le gonflement des océans dû à la fonte des glaces, etc., etc., et tout cela, non seulement à cause d’un facteur climatique mais aussi à cause de l’exploitation exagérée des matières avec la pollution de l’air conséquente (voir le trou d’ozone). Il s’en suit que tout ce qui devait être à disposition depuis 2, 3, 4, 5 siècles a été pratiquement nul, donc nous allons revenir en arrière et nous serons en conflit entre nous, donc entre Etats. Je voudrais ajouter que l’homme sera de plus en plus égoïste ayant nié à Dieu la prérogative de nous donner les conseils et la suprématie de l’Illumination divine. Ayant oublié sa Seigneurie et profané son sanctuaire, nous nous retrouverons à faire des considérations sur les cendres de ce que nous serons vraiment capables de faire, car confondus par des puissances maléfiques dans l’esprit et le cœur.

W. Une autre question très importante: comment l’Eglise se positionne-t-elle en ces temps pleins de problèmes et de contradictions? Pourriez-vous également tracer une frontière temporelle pour nous aider à relier guerre mondiale, effondrement économique, crise, épidémies, révoltes internes, avertissements et secrets?

D. Vous demandez beaucoup de choses… cependant, ce qui peut être dit, toujours en référence aux messages que la Madone nous a donnés, c’est le fait que la guerre mondiale est vraiment à la porte, toutefois, avant qu’elle se déchaîne, il y aura des signes, tels que disons, les sonnettes d’alarme qui garantiront que ceux qui sont éveillés, comme les Vierges Sages, seront alarmés et pourront comprendre.

Tout d’abord, la guerre au Proche-Orient, celle qui n’est pas encore en cours mais qui vient, coincé là, comme le fil d’un cheveu, je parle d’une guerre entre l’Iran, la Turquie et la Grèce, jusqu’aux portes de Jérusalem. Cette guerre aura lieu très prochainement et après la d’un troisième généralissime, un haut gradé militaire, ils la décideront là, autour ou au-delà des Balkans, après quoi les Russes arriveront et se heurteront à une grande force, y compris américaine. Avec le temps, la Russie va envahir l’Europe qui, lorsqu’elle verra que les Russes sont arrivés dans les territoires de l’Est (ils sont déjà prêts avec des sous-marins et tout le reste), surtout la France et l’Allemagne, ils penseront que si les Russes sont arrivés, eux aussi peuvent y arriver. Donc, selon des stratégies politiques certainement pas intelligentes, ils penseront qu’ils peuvent faire des affaires eux aussi et là une sorte de conflit se produira dans le conflit qui préparera le grand affrontement. Le premier indice sera donc celui du Moyen-Orient. Dans le détroit proche de la Turquie avec l’Iran etc. etc.

En ce qui concerne les questions relatives aux révolutions et aux crises économiques, selon les messages dès le mois d’octobre, j’entrevois une crise financière profonde, de nombreuses personnes perdront leur emploi et il y aura un appauvrissement, avec des épidémies non seulement de coronavirus (qui entre-temps vont changer) mais aussi d’autres genres et qui vont augmenter. En conséquence, il y aura ceux qui s’enfuiront pour acheter des vaccins (qui ne seront peut-être pas nécessaires) et ceux qui auront peur d’affronter la réalité, car de nouvelles controverses surgiront au sujet de nouvelles formes virales et tout cela signifiera que les hommes s’appauvriront toujours plus.

Quant à la crise sociale, oui, il y en aura une: l’Allemagne, la France et l’Angleterre, la France en premier, précédera l’Italie. Et quand elle commencera en Italie, peut-être deux ou trois ans se seront déjà écoulés par rapport à l’Allemagne et l’Angleterre (je ne peux pas détailler plus).

En Italie, il y aura une révolte, comme l’a dit la Madone, “une grande et triste révolution” et c’est au cœur de celle-ci que nous verrons des absurdités, nous serons à nouveau conquis – dominés par les communistes. Ce seront des communistes chinois sans doute au pouvoir et même un certain type de communisme bolchevique verra le jour. Cependant, il faut comprendre comment les deux forces se structureront dans le monde politico-social, après quoi il y aura l’avancée musulmane, une horde qui passera par le sud, mais aussi par de nombreuses cellules déjà présentes sur le territoire sud et je parle de Naples, de Rome, je parle des Pouilles (qui abritent des collaborateurs terroristes) en particulier la terre où la Madone nous a souvent appelés, parce que ce “feu en Méditerranée” ne s’allume certainement pas tout seul. Il faut savoir que des cellules cachées (parfois de connivence avec la mafia du trafic d’armes et de la drogue) opèrent dans notre sud, prêtes à exploser et à rejoindre ceux qui se préparent, comme un archer fort, comme une armée alignée pour la bataille contre nous et c’est à ce moment que nous assisterons à l’assassinat de nombreux prêtres dont le pape, malheureusement. C’est une révolution qui va durer en Italie moins d’un an, néanmoins, nous allons être coincés entre les tyrannies communistes et musulmanes pour une période de 3, 4 ou 5 années lourdes, très lourdes.

Il est évident que l’on imagine une situation comme celle du passé, mais en réalité ils arriveront avec des cravates, avec de nouveaux styles et des néologismes très modernes et donc au début ils obtiendront le consensus du peuple. A ce moment-là, cette grande guerre sera organisée, nous en sommes donc à la veille et nous n’avons qu’à croire fermement ce que le Cœur Immaculé de Marie a promis de Fatima à Manduria. Si à Fatima, Notre Dame visait la conversion de la Russie, elle dit ensuite: “Moi, avec Manduria, je vise la conversion de la Chine”.

Ce sont des messages stratégiques donnés par le biais d’apparitions qui sont peu comprises dans leur entièreté et leur importance. Bien sûr, Fatima a été reconnue par l’Eglise, alors que Manduria est même décrite comme l’antichambre d’une hypothétique et imaginative œuvre du mal. L’épiphanie mariale a été non seulement incomprise mais aussi lâchement combattue avec mille artifices (qui n’ont pourtant jamais réussi) et en un certain sens inscrite dans le soi-disant ordre des apparitions non seulement non reconnues, mais fausses ou même démoniaques. C’est une grande douleur! Tout le monde a perdu! Cela constitue un grand problème pour l’Eglise, car lorsqu’une certaine hiérarchie s’oppose fortement et n’étudie pas les faits, les bienfaits, les grâces, les conversions, tous les écrits, qui depuis longtemps ont été donnés et documentés à travers le service du charisme prophétique, un grave dommage se produit. Evidemment en l’espace de vingt ou trente ans ces choses sont mieux comprises. Nous approchons aux 30 années suivant la survenue de l’Apparition, après quoi ce qui a été écrit et dit par la Dame du Ciel se produira, mais pas seulement cela. La Madone a parfaitement expliqué comment les dates de son Apparition coïncideront nécessairement avec des dates importantes précises en raison d’événements douloureux, sans exclure ceux du 25 mars, du 12 et du 23 décembre (le jour de l’apparition), la réception des messages prophétiques advient le 25 mars de chaque année, tandis que le 12 décembre (mon anniversaire), j’accueille la révélation de secrets ou de messages très importants concernant la nature de l’Eglise et de l’Etat.

La Madone à Manduria continue de parler beaucoup de la nation italienne, de sa conscience, de sa mission, de la promulgation de toutes ces lois qui la conduiront d’une manière inexorablement douloureuse, vers sa défaite. Mais elle la sauvera! La visite de Marie est un appel, un appel de Dieu! A la lumière des événements d’aujourd’hui et de la dureté de nos cœurs, il va sans dire que cela coïncidera avec une pauvreté très, très ressentie par le peuple italien en particulier, il n’y aura pas beaucoup de “pain” partout et nous ne récolterons plus tout ce qui, jusqu’à aujourd’hui, a été produit dans le pays du vin, de l’huile et du miel. Nous devons donc considérer que notre Italie, étant le jardin du monde, ne commencera pas à produire plus de ces fruits que nous avons obtenus jusqu’à aujourd’hui. Il y aura de fortes inondations après le déclenchement de cette guerre au Moyen-Orient; pendant un certain temps elle nous semblera lointaine, car nous, Européens, sommes un peu, comment dire, à regarder par la fenêtre. Viendront des eaux soudaines de grande ampleur qui produiront des effondrements de territoires, des gouffres s’ouvriront au cœur des routes, si larges que des quartiers de villages s’effondreront.

A ce moment-là, la réalité annoncée du Roi que nous attendons et qui doit venir commencera, le Roi que Jésus et Notre-Dame ont préparé depuis si longtemps. Ce sera un jeune qui portera des signes indéniables, comme sainte Jeanne d’Arc l’a déjà bien décrit à Manduria au fil des ans, des signes visibles sur le corps, qui ont peut-être été révélés à certaines belles âmes du passé, mais le Seigneur Jésus a fait remarquer qu’à travers la mystique moderne, il sera possible aujourd’hui de rendre ces aspects plus clairs, plus compréhensibles. Sainte Jeanne parle à Manduria de beaucoup de choses. Ainsi, ce Roi à venir sera une personne consacrée, également liée à la Vierge de l’Eucharistie et au cours de ces jours, l’Eucharistie reprendra sa dimension après avoir été complètement dénigrée, humiliée, totalement niée jusqu’à ce qu’elle soit même retirée du cœur des Eglises. Le Saint-Sacrement paiera un prix élevé, en ce sens qu’il sera déposé pendant un certain temps. Ceci est également dû à une succession de situations, de tensions sociales, virales et catastrophiques et aux décisions de ceux qui ne mettent pas la foi au premier plan. Vient le temps où apparaîtront des personnes spéciales que Dieu a choisies pour les enrichir de nombreux dons, alors nous verrons même de nouvelles monarchies, mais pas comme celles d’autrefois.

Depuis des années, à ma manière, j’offre moi aussi mes souffrances pour ces créatures dotées de vertus particulières. Peu à peu, les monarchies apparaîtront en Allemagne, en Autriche, en Hongrie, etc. Elles reviendront sous une forme renouvelée et seront comme un bras droit pour l’Eglise. Sainte Jeanne d’Arc dit qu’en ces jours-là, la nuit, un peu comme le sanctuaire des martyrs d’Otrante, la basilique d’Orléans s’illuminera et on l’entendra chanter. Ainsi, le sud de l’Italie battra avec le cœur de la France, ils seront deux nations unies et la Pucelle est leur ambassadrice.

En référence à tout cela, nous pouvons également dire beaucoup de choses sur la troisième guerre, sur comment et quand elle se produira, mais je crois que pour l’instant, il suffit de faire un pas à la fois pour surmonter la tentation de l’inconnu sans tomber dans le catastrophisme.

Comprenez-vous maintenant l’importance de l’onction avec l’huile bénie, de la consécration par la dévotion aux larmes de la Madone? En fait, l’huile bénie nous aidera et nous réconfortera dans les moments de tribulations particulières, maintenant nous n’en sommes qu’à la purification! Lorsque l’Avertissement se produira dans ses trois phases, non seulement nous aurons la possibilité d’être éclairés dans nos consciences, mais nous devrons considérer de nombreux aspects qui y sont liés, nous devrons affronter des semaines entières pour la subsistance et la santé. Cependant, si je n’avais pas vu le châtiment, je ne vous dirais pas que ce sera une épreuve difficile. J’espère que, pour une raison quelconque, cela ne deviendra pas une suggestion de nature à conduire à l’accumulation de nourriture X. Nous devons considérer que dans ces jours-là, nous devrons prier et jeûner, mais les bougies et les aliments simples à manger ne doivent pas manquer à la maison, parce qu’évidemment, même avec les Avertissements des phases un, deux et trois, certaines choses dans l’atmosphère produiront un air pesant, comme lorsque des gaz sont libérés et que nous sommes obligés de porter un masque pour pouvoir respirer, de sorte que, dans ces jours-là, nous n’aurons pas la possibilité de sortir pour les achats habituels de nourriture. Ce sera important, mais sans exagérer, car nous ne sommes pas dans les jours de ténèbres qui viendront pendant la seconde moitié de la guerre mondiale. En hiver, on sait que ce sera en janvier, alors que les phases d’Avertissement commenceront en mars. Les dates sont là, mais je ne peux pas encore les révéler, car nous n’avons pas besoin de créer du sensationnalisme. Nous devons plutôt être prêts.

Cette huile bénie que Notre-Dame nous envoie est une préparation à la prise de conscience des temps, mais en prévision de ces moments, nous devons nous entraîner à accepter les maladies et les situations quotidiennes, en vivant une vraie consécration avec une forte perception du Sacré, puisque Jésus reste parmi nous toute la journée et pas seulement quelques moments. Redisons souvent: “Heure par heure, Seigneur Jésus, tu es avec moi, tu me donnes la force, tu vis en moi Jésus, tu me guéris, tu me libères, tu me pardonnes!”

Ce sens de la consécration demandé à Fatima, nous l’obtenons à Manduria par l’onction avec l’huile bénie, nous devenons les gladiateurs de Marie, ceux qui prient, espèrent et écoutent aussi ces prophéties, les réalisant ipso facto maintenant dans la réalité quotidienne et nous grandissons, hommes, femmes, jeunes et enfants, forts, passionnés par la vie, qui ne jettent pas par la fenêtre ce qu’ils n’aiment pas, mais qui de ces choses qui ne sont pas bonnes, apprécient le test évident en le surmontant. C’est être les Témoins de Marie et en ce sens, nous annonçons le triomphe de la Madone qui aura lieu avant la guerre mondiale. Heureusement, la Dame nous dit que le dernier dogme sera de toute façon proclamé, ce sera le dernier. Lorsque Mgr Laurentin est venu ici, nous avons longuement parlé et il a dit “c’est quelque chose qui ne peut pas être fait maintenant”. Mais Notre Dame l’a demandé et il est donc temps maintenant de promulguer Marie Corédemptrice, Avocate et Médiatrice. Lorsqu’elle est venue à Manduria, elle l’a dit la première fois en 1992, dès les premiers mois où elle a déclaré: “Je suis l’Avocate de Dieu”, puis “la Médiatrice de la Grâce parmi vous et entre vous et mon Fils”. C’est pourquoi, avant même de s’appeler Vierge de l’Eucharistie, Source de l’Huile sainte de l’Onction pérenne et Mère de l’Olivier Béni Jésus, c’est-à-dire Mère du Fils de Dieu par les rameaux d’où est né le bourgeon de Jessé, de la famille davidique, toute la famille humaine est “à nouveau” greffée dans le pacte définitif de réconciliation avec Dieu. Voilà la nature de ce nom “Olivier Béni”, tandis que Marie est l’Olive Spéciale aux yeux du Père, c’est-à-dire qu’un nouvel héritage, une nouvelle vie, un nouveau christianisme, un nouvel avenir naît d’elle par la sève du Christ. C’est elle l’Etoile de tous les temps, l’Echelle de Jacob, la Rose Mystique qui annonce le Paradis sur terre, la Jérusalem libérée dont on sait qu’elle ne sera malheureusement pas comme ça, parce que Jérusalem aura des coups et pas peu amers.

Ceci dit, nous pourrions parler et entrer spécifiquement dans de nombreuses prophéties de Manduria, mais je voudrais m’arrêter ici pour dire à ceux qui ont entendu de ne pas s’angoisser, parce que rien n’est tristesse avec la Madone. Avec elle se révèle un projet non encore achevé. En effet nous trouvons une nouvelle énergie, une nouvelle vitalité et pourquoi pas, toutes ces frustrations qui sont les nôtres, ces pensées qui sont les nôtres, nos missions non encore réussies, à œuvrer pour le triomphe du Cœur Immaculé de Marie, peuvent maintenant trouver leur pleine réalisation.

Donc, non seulement prier chez soi, offrir nos souffrances, mais répandre et féconder les messages de la Madone, surtout les authentiques, les vrais, car un des fléaux de notre époque sera aussi la fausse prophétie. Jésus dit: “Pour n’avoir pas accepté les vrais Messages, je permettrai au diable de se moquer des hommes, pour qu’il devienne encore plus difficile de trouver la Sagesse qu’ils ont rejetée”.

Nous lisons dans la Sainte Ecriture que le Seigneur “a fermé le cœur de Pharaon”, espérons que cela n’arrivera pas! Les pharaons de cette époque, ceux qui veulent nous barrer la route, doivent savoir qu’ils ont devant eux un peuple, bien qu’un petit reste, déployé avec Marie, la plus grande générale, notre Grande Combattante.

Donc avec tous ceux qui sont à Marie et qui suivent cette voie chrétienne au-delà du fait d’être catholiques, tous ensemble nous devons proclamer une fois de plus que cette échelle de Jacob est plus ouverte que jamais du haut en bas: De même qu’Il est venu par elle, de même par elle, Il reviendra, parce que Jésus est sur le point de revenir. En prévision de cela, il y aura des signes eucharistiques, mariaux, solaires et même physiques (que le Ciel donnera), car il y aura de très nombreuses guérisons, comme malheureusement aussi de nombreux morts. Avançons avec la confiance des enfants de Dieu prêts à travailler avec la dévotion aux larmes de la Vierge contre toute dictature qui nous sera imposée, y compris celle du coronavirus, car elle n’a pas été donnée au hasard, seul Jésus peut savoir combien sont grandes les larmes de sa Mère! Sans doute, lorsque le Père reçoit l’offrande de nos souffrances, il les accueille, mais ce n’est que par la puissance des larmes de Marie que nous parvenons à toucher, à pénétrer plus facilement dans le Cœur du Roi et le Père ouvre encore la porte par les mérites de ces larmes qui une fois de plus deviennent pour nous des larmes de salut.

W. Une dernière question Debora avant de nous saluer, par rapport à la direction dans laquelle l’Eglise catholique semble évoluer sous le pontificat du Pape François et quelles différences voyez-vous entre ce pontificat et les deux précédents en termes de morale pastorale, liturgique et sexuelle?

L’Eglise traverse une période particulièrement complexe et difficile à certains égards.

Tout d’abord, nous devons nous souvenir, pour être honnête, de ce que Notre-Dame a dit à propos du pontificat de Jean-Paul II: il serait le pape de la consécration. Son pontificat a été caractérisé par une forte aide au profit de la classe ouvrière, mais cela ne signifie pas que nous devons définir toute l’œuvre et la doctrine de Jean-Paul II de type communiste, en fait c’était tout le contraire. Nous ne devons pas oublier non plus que lorsqu’il est allé, parmi ses nombreux voyages apostoliques, en Argentine, il a pris soin de rappeler le prêtre qui, depuis quelques années, avait décidé de suivre la soi-disant “Doctrine de la libération”. Jean-Paul II a toujours été proche du peuple, des pauvres et des malades et il a apporté ses propres opinions au sein de l’Eglise. Nous savons aussi que toute la réalité relative à l’œuvre des laïcs a été grandement affectée par son apostolat et donc il a été un Pape qui, à sa manière, a su jeter les filets pour une nouvelle évangélisation et par une façon différente d’appliquer l’Evangile.

En ce qui concerne Benoît XVI°, défini par Notre-Dame comme le “Pape de la Restauration”, nous savons qu’il a toujours veillé à la parfaite exécution de la Doctrine, un Pape théologien qui a réaffirmé partout les énormes différences existant entre l’Eglise catholique et les autres religions. Je me réfère en particulier à la religion juive et à la musulmane, argumentées dans le célèbre discours de Ratisbonne, à cause duquel le Pontife a été très critiqué. Ce qu’il a dit à cette occasion n’excluait pas le fait qu’ils étaient nos frères, mais visait à mettre en évidence la distance qui existe de fait entre les trois religions. En particulier, nous partageons la racine avec les Juifs, parce que nous venons de cet appel, de cette Alliance avec laquelle Dieu a voulu sceller son Alliance, mais n’oublions pas que la Nouvelle et Eternelle Alliance a été faite par Dieu en Jésus-Christ par son Sang.

Cela dit, avec ceux qui rejettent le Christ, comme c’est le cas des musulmans, qui ne le considèrent que comme un prophète, il est clair et évident qu’il ne subsiste pas de grandes visions de communion, sinon la possibilité d’un dialogue qui exclut néanmoins une réelle intégration. C’est pourquoi le pape Benoît XVI a voulu souligner que toutes les religions n’ont pas un fondement de vérité. Nous croyons en Jésus-Christ, nous croyons qu’il est vivant et vrai parmi nous, qu’il n’est pas un prophète mais l’envoyé du Père, l’Oint par excellence; par conséquent celui qui professe le contraire n’est évidemment pas chrétien.

A ceux qui croient et soutiennent le syncrétisme religieux, je voudrais rappeler que toutes ces discussions et ce travail en faveur d’une unité forcée entre des confessions religieuses qui présentent des différences substantielles en leur sein, ne pourra qu’entraîner des conflits. Cela ne signifie pas que nous ne devons pas nous efforcer de dialoguer et de rechercher la paix, mais nous ne pouvons pas non plus professer que les différentes religions doivent être placées sur le même plan.

En ce qui concerne le pape François, disons que sa doctrine suscite actuellement de nombreuses préoccupations tant chez les prêtres qui ont à cœur le respect de la Tradition que chez de nombreux laïcs qui sont dévos et unis au Saint-Sacrement et à la piété populaire. On sait quelle direction François donne à l’Eglise, une Eglise peut-être un peu trop libre, dont l’incipit ne semble pas enraciné dans les Sacrements et les Commandements. Tout cela suscite des problèmes et des questions profondes, surtout dans le domaine doctrinal, de la morale sexuelle et conjugale. Ces derniers temps, en effet, il écarte trop les bras en répandant une tolérance atypique envers la réalité homosexuelle, crée un certain type de désarroi qui, pour beaucoup, se traduit par un véritable scandale. Il faut dire qu’il est juste de tendre la main à tous sans juger personne, car seul le Seigneur connaît le cœur des hommes, mais d’ici à vouloir presque sanctifier ou, dans un certain sens, célébrer la normalité de cette diversité, il y a un sacré fossé.

Du point de vue liturgique également, nous ressentons un évident et croissant libéralisme qui illustre, une remise à zéro du sacré qui produit des effets dévastateurs surtout dans les âmes enracinées dans la forte tradition catholique chrétienne. Il convient de souligner que le respect de la Tradition transmise par les Apôtres n’a rien à voir avec le soi-disant traditionalisme qui, comme tout terme qui se termine par “isme”, conduit toujours à un certain caractère déraisonnable et à confiner la religion dans les limites d’une seule pensée dictatoriale. La Tradition saine est cette aiguille de boussole qui nous indique le bon chemin dans lequel les saints de tous les temps, les Pères et les Docteurs de l’Eglise ont sagement marché en dirigeant l’Eglise selon la Volonté de Dieu, à travers les siècles et parmi mille tempêtes et les problèmes qui ont caractérisé les différentes phases.

Je voudrais réitérer que nous ne devons pas juger le pape François, parce que nous sommes certains qu’à la fin le Seigneur nous fera comprendre ce qu’il veut dire et si nous ne parvenons pas à le comprendre, je sais avec certitude que Notre Dame ne veut absolument pas que nous le jugions. Le Seigneur veillera à ce qu’il soit sauvé de toute façon, malgré le fait que sa pensée soit entrée un peu trop dans la Doctrine, en déstabilisant certains de ses aspects.

N’oublions pas de faire confiance à l’Esprit Saint, parce que personne ne peut se moquer de Lui. Nous ne devons jamais oublier comment l’histoire est entre les mains de Notre Seigneur Jésus-Christ et, s’Il permet ce moment de crise profonde due aussi à ceux qui font la guerre à l’Eglise de l’intérieur, c’est un signe que nous devons nous blottir contre le Sacré-Cœur de Jésus, parce qu’il va évidemment, précisément à partir de ces conflits, donner naissance à un avenir meilleur.

Nous savons que Notre-Dame est sur le point de triompher avec son Cœur Immaculé et elle nous montrera la grandeur de l’Eglise avec tout ce qui a déjà été annoncé précédemment.

Maintenant, je voudrais vous saluer et vous embrasser un par un et vous dire un grand merci pour les prières que vous avez adressées à Dieu pour moi. Courage vous aurez une grande force, car avec Marie nous pouvons tout gagner. Amen. Alleluia.

Professeur Walter Salin

*INTERVIEW EXCEPTIONNELLEMENT LIBÉRÉE ​​EN AOÛT 2020

Ti potrebbe piacere: